La cohérence cardiaque

Vous le savez ou vous l'avez compris à vos dépends, maigrir n'est pas qu'une histoire de nutrition et les échecs à répétition le confirme. Pour asseoir cette vérité, l'H.A.S publie un rapport dans ce sens là.


Pour maigrir durablement, maintenir un poids de forme, il vous faudra un jour ou l'autre accepter de regarder du côté de vos émotions. Quand je leur demande pourquoi ils ont grossi, ils ne me répondent pas "par ignorance des règles simples de la diététique", mais plutôt à cause du stress du travail, de la maladie, des enfants ou de leur relation de couple ou absence de relation. 


Alors aujourd'hui, je vous présente une technique que j'affectionne particulièrement parce qu'elle me permet de bien rendre palpable par le patient le contrôle qu'il peut avoir sur ces émotions et donc la possibilité de réfréner ses pulsions "d'envies" qui échappent si souvent à sa volonté. 


Il est notamment terriblement efficace contre le stress (même les pilotes de l’armée de l’air utilisent l’exercice de cohérence cardiaque pour contrôler leurs émotions lors des vols de combat – voir vidéo plus loin dans l’article).

Présentation de la cohérence cardiaque

La cohérence cardiaque est un état harmonieux des rythmes du coeur. Dans les années 1970, les chercheurs américains John et Béatrice Lacey de l'Institut HeartMath (IHM) aux Etats‐Unis ont mis en évidence l'existence d'un important réseau neuronal dans le cœur et surtout de sa relation bidirectionnelle avec l'amygdale, le thalamus et le cortex dans le cerveau.


On croyait auparavant que tous les ordres venaient du cerveau. Ce n'est pas le cas, parfois le système nerveux du cœur refuse d'exécuter des ordres venant du cerveau. Plus étonnant encore le cœur peut envoyer des "ordres" au cerveau que non seulement celui‐ci comprend, mais auxquels il obéit. Le lien bidirectionnel qui existe entre le cœur et le cerveau, particulièrement avec des zones impliquées dans la gestion des émotions et des sentiments comme l'amygdale, fait du cœur ce que maintenant on n'hésite plus à appeler "le deuxième cerveau".


Les neurosciences ont récemment mis en évidence que le cœur possède son propre cerveau, un système nerveux indépendant possédant environ 40 000 neurones comme ceux que l’on trouve dans les centres corticaux. Il les utilise pour transmettre l’information au cerveau et influencer les réactions de l’amygdale, siège de nos émotions.


La cohérence est un état cardiaque qui nécessite de présenter le fonctionnement du cœur en préalable. Le cœur est un organe auto animé, qui nous envoie des signaux émotionnels et intuitifs pour diriger notre vie. 


Autonome, le cœur sécrète différentes hormones, telles que l’ANF (Hormone atriale natriurétique factor) qui régule la tension artérielle et l’ocytocine (elle est impliquée dans toutes les facettes de l'amour, depuis l'acte sexuel jusqu'au partage d'un repas entre amis), qui bloquent les hormones du stress, stimulent les organes reproducteurs et interagissent avec le système immunitaire.


Le cœur agit alors comme un oscillateur puissant qui entraîne tous les autres systèmes du corps et bien sûr le cerveau (cerveau limbique, siège de nos émotions).


Le cœur avec ses battements constituent l'oscillateur le plus puissant de l'organisme et le champ magnétique généré par l'activité électrique du cœur est le plus puissant de ceux produits dans l'organisme (500 fois plus que le cerveau, ce qui fait de cet organe, un organe central chez l'être humain. Les nombreux oscillateurs biologiques de l'organisme vont se synchroniser sur cet oscillateur majeur qu'est le cœur. Et le champ magnétique du cœur va influencer toutes les molécules constitutives de l'organisme ainsi que les réactions chimiques dans lesquelles celles‐ci sont impliquées.

La variabilité du rythme cardiaque

Le cœur entretien une relation privilégiée avec notre cerveau limbique qui contrôle notre équilibre physiologique. Elle se concrétise par le biais du système nerveux autonome (SNA) constitué de 2 branches :


Système nerveux sympathique : Il est associé aux réactions de « combat / fuite », par une accélération du rythme cardiaque, la contraction des vaisseaux sanguins, et stimulant les hormones du stress (comme l’adrénaline). Il dilate les voies pulmonaires, stimule la production et la libération du glucose, contracte les vaisseaux sanguins de la peau.


Système nerveux parasympathique : Il est associé aux réactions de calme et de relaxation, apaisant les battements cardiaques. Il produit les effets inverses (il freine).


La majorité des personnes pense que le cœur au repos fonctionne un peu comme un métronome, battant régulièrement, avec un rythme régulier. Les scientifiques et les médecins savent maintenant, que c’est loin d’être le cas. La courbe du rythme cardiaque d’une personne en bonne santé, au repos, est en étonnamment irrégulière, avec un intervalle de temps entre deux battements consécutifs en constante évolution. On appelle cela, la variabilité du rythme cardiaque (VRC) La variabilité du rythme cardiaque est matérialisée dans deux états : 


Chaotique (aléatoire) : lorsque nous sommes sous l’influence du stress, de l’anxiété ou de la colère.


Cohérent (ordonné) : lorsque nous ressentons des émotions positives, telles que le bien‐être, la compassion ou la reconnaissance… 


Le rythme cardiaque reflète donc notre état émotionnel, qui en affecte à son tour les aptitudes du cerveau, à organiser l’information, prendre une décision, résoudre un problème ou encore exprimer sa créativité. S’entraîner à générer en soi cette cohérence est au cœur du processus de gestion du stress.  Dans les états de stress, d’anxiété, de dépression ou de colère, la variabilité du rythme cardiaque entre deux battements devient irrégulière et chaotique.


Dans les états de bien‐être, de bienveillance ou de gratitude, cette variabilité devient cohérente, c’est‐à‐dire que l’alternance d’accélérations et de décélérations du rythme cardiaque est régulière. Les deux branches du système nerveux autonome travaillent ensemble avec une efficacité maximale plutôt que de se combattre l’une et l’autre. Quand notre tête et notre cœur, c’est‐à‐dire nos pensées et nos émotions sont en harmonie, nous nous sentons à l’aise et détendus.


La cohérence cardiaque est une excellente mesure de l’équilibre de notre système nerveux. Elle influe également sur les autres rythmes physiologiques tels que la variabilité de la tension artérielle et de la respiration. On peut dire que ces trois systèmes se synchronisent naturellement. Cette cohérence est favorisée par les émotions positives, la détente et le bien-être. Par contre, elle se trouve remise en question par le stress, l’anxiété et les émotions négatives (haine, colère…).


L’intérêt de l’exercice qui va vous être proposé dans cet article est qu’il va facilement vous permettre de vous remettre en état de cohérence cardiaque. De plus, il est tellement simple, que lorsque vous l’aurez intégré, vous pourrez l’utiliser n’importe où (au bureau, en voiture, dans les transports en commun, dans les files d’attente…).


L’exercice de la cohérence cardiaque est tellement efficace contre le stress et ses effets négatifs, qu’on l'utilise maintenant dans l’entrainement des pilotes de l’armée de l’air (Je vous invite à voir la vidéo suivante) :



Profitez, vous aussi, des bienfaits de l’exercice de la cohérence cardiaque en faisant l’exercice suivant. 

Exercice de cohérence : comment faire facilement

La cohérence cardiaque est un état physiologique qu'on peut atteindre en suivant une règle simple de respiration. Six respirations par minutes à intervalles réguliers suffisent à mettre le corps en cohérence.


Pour vous entraîner facilement à cet exercice de cohérence cardiaque, synchronisez votre respiration avec la vidéo et pratiquez 3 fois par jour pendant 3 semaines. J'attends avec impatience vos sensations...




Ensuite, pratiquez lorsque vous voulez n’importe quand dans la journée à chaque fois que vous en avez besoin.

Les bienfaits de la cohérence cardiaque

Avec un peu de pratique et d’entraînement, il devient possible de communiquer pour ainsi dire directement avec son cœur, c’est‐à‐dire avec la part de nous qui correspond à notre ressenti le plus profond. Il est essentiel, pour éviter toutes les tentatives d’illusion et d’auto sabotage dans nos prises de décision, comme pour notre équilibre, que notre part rationnelle agisse en cohérence avec notre ressenti profond. 


Dans le contexte relationnel, devenir capable de cohérence cardiaque, c’est par exemple pouvoir ne pas s’emballer face à une remarque désobligeante d’un collaborateur. Parce que le cœur est en harmonie avec la tête, il nous devient possible de réévaluer la réalité pour éviter de nous laisser enfermer dans un système de pensées négatives, de critiques et de ressentiments.


Cet état d'équilibre reflète la condition des autres systèmes sous contrôle du SNA : respiratoire, cardiaque, digestif, immunitaire. Il est accompagné par une sensation diffuse de bien‐être et un changement au niveau du champ magnétique cardiaque, lequel peut être perçu jusqu'à 1,50 mètre de l'intéressé. Cela peut expliquer que les personnes en état de résonance cardiaque aient un pouvoir de guérison sur les autres, ce que la sagesse populaire appelle "un pouvoir magnétique". La cohérence cardiaque améliore nos capacités à percevoir le monde autour de nous, à faire les bonnes réflexions et à prendre les bonnes décisions.


La cohérence cardiaque favorise :


Au niveau organique

‐ Augmentation de l'efficacité du système immunitaire.

‐ Augmentation du taux de DHEA (hormone ralentissant le vieillissement dite « hormone de jouvence ») de près de 200%. 

‐ Une baisse de la tension artérielle chez les hypertendus.

‐ Etat d'équilibre des autres systèmes sous contrôle du SNA : respiratoire, cardiaque, digestif, immunitaire.


Des compétences sociales

‐ Ecouter les autres et accepter la critique.

‐ Devenir capable de développer des comportements affirmés où l’on exprime un sentiment avec fermeté mais sans agressivité.

‐ Se donner les moyens de gérer ses émotions au quotidien. 

‐ Améliorer nos capacités à percevoir le monde. 

‐ Prendre les bonnes décisions. 

‐ Augmenter son pouvoir magnétique.

‐ Etre par une sensation diffuse de bien‐être


Merci de donner votre avis sur cet exercice de cohérence cardiaque en laissant un petit commentaire.